La participation des usagers Version imprimable

Mots-clés :


Partant du postulat que les bibliothèques sont des lieux de ressources, la bibliothèque Louise Michel tente d’élargir cette notion en proposant un lieu d’échange, de partage de savoirs et de savoir-faire aux publics qui en s'appropriant le lieu, enrichissent les ressources, les services et plus largement le fonctionnement global de l’établissement. L’idée repose sur le fait qu’il n’y a pas de hiérarchie de légitimité entre les ressources documentaires originelles de la bibliothèque et celles apportées par les usagers.

Un article à lire sur le site de la BPI

L’Union européenne met en échec les discussions autour du droit d’auteur Version imprimable


Les discussions au sein du Comité permanent du et des droits connexes (SCCR) de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) se sont arrêtées le 3 mai, après que l'Union européenne a tenté de bloquer les discussions sur une proposition de traité international pour les bibliothèques et archives empêchant des aménagements de la législation du afin d’aider les bibliothèques et archives à accomplir leurs missions dans l'environnement numérique.

Un geste vu par les autres États membres et les acteurs des bibliothèques et des archives présents comme une tentative de retarder, voire de faire échouer, tout progrès sur les exceptions au à l'OMPI. Ce sentiment d’insatisfaction a donné lieu à un communiqué de presse commun, ainsi qu'à de nombreuses réactions dans la profession dont celle d'Eblida.

Source : Enssibrèves

Le tatouage numérique, une alternative aux DRM Version imprimable

Mots-clés : ,


Les ne sont pas obligatoires, il y a des solutions alternatives, qui sont acceptables par tous. Par l'auteur et l'éditeur, par le lecteur, et par le . Le watermarking (tatouage numérique) en est une.

"Le watermarking est une technologie qui, au moment de l'achat, cache des informations invisibles dans le livre. Dans des endroits où ajouter quelques petites informations ne modifie en rien le contenu, la mise en page du livre. Ces informations sont disséminées à plusieurs endroits, de manière différente à chaque achat. Et comme elles sont invisibles pour le lecteur, elles ne nuisent ni à la , ni aux usages. Un livre “watermarké” peut être copié, prêté, dupliqué pour sauvegarde à volonté et sans manipulations fastidieuses pour le lire."

Lire cet article sur Actualitté

Données d'activité 2012 des bibliothèques municipales : synthèse nationale Version imprimable


Le ministère de la Culture et de la rend publique la synthèse 2012 de l’activité des bibliothèques municipales en France : avec plus de 7 100 établissements les bibliothèques demeurent le premier réseau culturel sur le territoire. 

Cette synthèse souligne notamment le double mouvement de hausse de la fréquentation et de baisse des inscrits traduit clairement l'évolution de l'usage de la bibliothèque.
 
Le double mouvement de hausse de la fréquentation et de baisse des inscrits  traduit clairement l'évolution de l'usage de la bibliothèque et nécessite de penser collectivement au(x) modèle(s) de bibliothèques que nous devons promouvoir. Ces évolutions me semblent également bien mettre en lumière la dimension toujours politique et militante de la publique. Dans notre univers de concurrence des médias et des loisirs, la place de la bibliothèque n'est ni évidente ni naturellement limitée : elle dépendra des choix que feront les élus et les professionnels sur les services mis en place, les collections offertes, la proposée. Face à ce défi permanent, l'Etat doit jouer pleinement le rôle qui est le sien et savoir adapter le cadre d'action des bibliothèques publiques.
 
Concernant les ressources numériques : 

2 % des bibliothèques disposent d’un fonds de livres électroniques. Le constat de la faible place du livre numérique doit toutefois être nuancé, en particulier pour les bibliothèques couvrant une population de 10 000 habitants et plus. Pour ces dernières, on note que 11 % des bibliothèques proposent un fonds de livres numériques, cette proportion atteignant même 40 % pour les populations couvertes de 100 000 habitants et plus.

Néanmoins on peut ainsi estimer qu’entre 150 et 175 bibliothèques desservant 10 000 habitants et plus proposaient des ressources numériques - presse, , vidéo, autoformation ... -  en 2012, soit entre 17 % et 20 % de ces bibliothèques.


Lire cette synthèse - pdf

La copie de fichiers numériques légalisée au Royaume-Uni Version imprimable

Mots-clés :


" Dès le mois de juin prochain, les Britanniques pourront, en toute légalité, copier des CD, DVD, livres et fichiers numériques divers, pour leur usage strictement personnel. Dans les faits, cela ne changera pas vraiment le quotidien, puisque la plupart des consommateurs étaient déjà rompus à cette pratique, bien que jugée illégale."

Un article à lire sur Actualitté

[Lire+Ecrire], un livre numérique sur l'édition, la lecture et l'écriture en réseau. Version imprimable

Mots-clés : ,


L'éditeur numérique Publie.net, un "[Lire+Ecrire]" sur l', la et l'écriture en réseau.
Un sur le qui articule réflexions (contributions d’auteurs ouvrant des perspectives depuis le point de vue du designer, de l’artiste, de l’enseignant-chercheur, du juriste-, du médiateur du livre et critique littéraire) et «recettes» pratiques (retour d’expérience avec consignes et fragments d’atelier d’écritures numériques en écho aux contributions proposées).

Le livre est à télécharger gratuitement sur Publie.net

la co-construction des collections avec les usagers des bibliothèques de lecture publique. Version imprimable

La co-construction des collections avec les usagers intéresse de nombreuses bibliothèques de publique, d’une part pour augmenter la proximité de l’institution avec les citoyens et d’autre part dans le but de proposer des collections mieux adaptées aux besoins des lecteurs. Mais elle soulève également des réticences, notamment parce que la collection relève du domaine du professionnel et que l’idée de déléguer ces tâches aux usagers suscite des résistances. Ce mémoire a pour but de délimiter les contours de la co-construction, une notion très discutée mais encore peu définie, d’explorer et d’analyser les enjeux de son application au domaine des collections, et enfin de servir de guide pratique en donnant des lignes directrices et des conseils aux bibliothèques qui souhaitent mettre en place de tels projets.

Mémoire d'étude DCB Enssib - pdf

Pour une meilleure coopération entre bibliothèques et établissements scolaires Version imprimable

Mots-clés :


Un rapport de l'Inspection générale des bibliothèques dresse un état des lieux de la coopération entre les bibliothèques territoriales et les établissements scolaires. Il conclut que « la réforme des rythmes scolaires et le développement de l’éducation artistique offrent aujourd’hui à tous les partenaires une formidable opportunité de renouvellement et d’enrichissement des stratégies et des pratiques partagées entre bibliothèques publiques et bibliothèques scolaires autour du développement de la .

Lire la suite de l'article sur le site de l'enssib