Dans la forêt touffue des bibliothèques numériques patrimoniales françaises : quels choix, quelles stratégies, quelles perspectives ? Version imprimable

Mots-clés : ,

Les bibliothèques numériques patrimoniales françaises constituent aujourd'hui un paysage aussi dense que varié, en constante évolution. Elles offrent aux institutions culturelles une meilleure visibilité pour leurs collections tout en leur permettant de concilier leurs missions de préservation et de valorisation autour de documents rares, précieux, fragiles... Cependant mettre en ligne des fichiers numérisés ne suffit pas : il faut envisager un projet de bibliothèque numérique depuis la sélection des contenus et des publics jusqu'aux choix techniques de mise en ligne, de conservation, d'évaluation, de gestion et d'accroissement des collections...
La grande variété des acteurs institutionnels impliqués et des décisions prises à chaque étape de la mise en oeuvre des projets est la source de la diversité des réalisations rassemblées sous le même terme de « bibliothèque numérique ». L'objectif de ce mémoire est d'en présenter un panorama actualisé et une typologie documentée en étudiant les différents positionnements stratégiques et les choix de développement adoptés par les institutions responsables de leur existence.

Un mémoire d'étude DCB Enssib à télécharger - pdf

PNB reste prometteur selon Réseau Carel Version imprimable

Mots-clés : ,

Après les polémiques autour de PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) en France à la fin de l’année 2014, le communiqué attendu du Réseau Carel est paru. Il synthétise le compte rendu très approfondi de l’existant ainsi que les solutions proposées pour consolider et améliorer l’offre PNB.

Carel en appelle principalement aux éditeurs. L’objectif est à la fois d’enrichir l’offre grâce aux titres peu "rentables" (fonds "longue traîne"), et d’harmoniser les tarifs encore trop hétérogènes d’un éditeur à l’autre. Il souhaite également voir abandonner la "notion de péremption des lots de jetons".

Il conclut en affirmant que si rien n’est fait en ce sens, les bibliothèques, soumises à des restrictions budgétaires assez sévères, ne rejoindront pas l’offre PNB et ce projet pourrait bien disparaître à moyen terme.

Lire le communiqué et l'étude des tarifs proposée par Carel.

Source : .





Fleur Pellerin : le livre numérique trop cher pour "beaucoup de lecteurs" Version imprimable

Mots-clés : ,


La ministre de la culture pose  un constat simple sur le marché du :
d'un côté, le développement de l' est aujourd'hui bloqué en raison du « prix du , considéré comme trop élevé par beaucoup de lecteurs. Nous encourageons les éditeurs à y réfléchir. »
L'autre enjeu serait celui du format, et de l'interopérabilité : « Nous poussons, au niveau européen, à la généralisation du format EPUB, afin que les lecteurs ne soient pas enfermés dans des systèmes comme celui de Kindle. » 

Un article à lire sur Actualitté.

Amazon dans l'illégalité avec son offre Kindle Unlimited Version imprimable

Mots-clés :


Le 11 décembre 2014, Amazon lançait un baptisé Kindle Unlimited offrant d'accéder en illimité, depuis une ou une , à un de 20 000 titres en français moyennant un forfait de 9,99 € par mois. Un aujourd'hui jugé illégal en France selon le ministère de la Culture. 
En effet, cette offre d'abonnement, telle qu'elle est proposée par Amazon, serait une entrave à la loi sur le prix unique du livre. Celle-ci édicte que l'éditeur fixe lui-même le prix de son offre. Or quand un abonnement à une offre illimitée d'ouvrages implique plusieurs éditeurs, il est établi que le porteur de l'offre ne respecte pas la loi.

Un article à lire sur Les numériques.

L’impression à la demande et les bibliothèques Version imprimable

Mots-clés : ,


"L’impression à la demande, bien que peu expérimentée en France par les bibliothèques, leur permettrait d’offrir de nouveaux services tout en bénéficiant d’un retour sur investissement et d’une nouvelle source de revenu. Elle permettrait aussi aux bibliothèques de s’ouvrir à des collaborations avec des entreprises, des éditeurs ou des libraires en participant à créer de l’activité économique autour de leurs projets de , sous la forme de délégations de services publics, de locations, de franchises ou de concessions. L’impression à la demande pourrait également être utilisée pour ajouter des titres dans les collections des bibliothèques, multiplier les exemplaires des livres les plus demandés, remplacer des documents manquants, permettre l’impression de thèses, l’autopublication, l’ de livres pour les événements, les congrès ou pour les entreprises, et last but not least, remplacer le vieillisant prêt entre bibliothèques."

Un article à lire sur le BBF.

Impulser et piloter l’innovation en bibliothèque : mode d’emploi Version imprimable

L’innovation est un concept souvent associé à l’idée de créativité et d’inventivité, déconnecté d’une activité rationalisée. Pourtant, il est difficile d’innover sans une volonté stratégique institutionnelle, et sans pourvoir en moyens les équipes des établissements, ne serait-ce qu’en termes d’organisation du travail. Les bibliothèques, objets en perpétuelle mutation, sont un lieu privilégié d’expérimentation, souvent promues par leur tutelle comme terrain d’innovation. Pourquoi et comment s’inscrire à long terme dans un processus innovant sans se limiter à la mise en place de services phares ? Comment repenser son organisation dans une vision prospective et un avenir incertain ? L’analyse de quelques bibliothèques qui tentent aujourd’hui de répondre à ces questions va permettre de proposer quelques outils et réflexions.

Télécharger ce Mémoire d'étude DCB enssib.

Les usages des enfants sur tablettes : résultats de l’enquête Souris Grise Version imprimable

Mots-clés : , , ,


 "La Souris Grise" propose une étude sur les usages des tablettes par les enfants de 0 à 12 ans.
La s’impose dans les foyers comme un support parfaitement hybride, mêlant astucieusement l’éveil, l’éducation et l’aide aux devoirs.
par contre la fait partie des activités les moins pratiquées sur les tablettes.

"Plus de 86% des parents indiquent ainsi qu’ils ne lisent pas d’histoires numériques à leurs enfants via la . Cependant, la pratique de la n’est tout de même pas négligeable. Presque 17% des parents notifient tout de même que leurs enfants lisent seuls sur tablettes.
Et surtout, 44,7% d’entre eux déclarent que leur enfant, et ce à tout âge, écoute par ce biais des histoires. Un renouveau pour le livre audio ?"

Lire cet étude sur le site La souris Grise

Ce que mes ebooks balancent sur moi Version imprimable

Mots-clés : ,


Au même titre que votre navigation sur le web ou les différentes traces que vous laissez sur les (photos, textes, intérêts d'achats, etc.), les livres numériques achetés (même consultés) et vos lectures de ceux-ci peuvent bien évidemment en dire long sur vous. Une politique dans la collecte de données bien floue chez la plupart des acteurs Amazon, Apple, et même Kobo.  

Lire cet article sur Rue89