L’Awesome Box ou comment hacker le système RFID d’une bibliothèque Version imprimable


L'Awesome Box une boite de retour qui est destinée aux documents que les usagers ont trouvé awesome (formidaaaaable). Une fois déposés dans cette boite, le retour est effectué et les documents sont tagués avec la mention awesome. La liste des titres est alors publiée automatiquement sur une page web et la liste est également diffusée sur twitter. C’est tout bête et c’est même pas récent puisque le projet date de 2011. Le code est accessible on peut facilement imaginer de modifier le dispositif pour proposer plusieurs boites : ce que les gens ont détesté, adoré, ce qu’ils recommanderaient à leur mère, leur frère, etc.

Lire cet article sur bibliobsession.

À la médiathèque Françoise Sagan, une SaganBox pour accéder à des contenus libres Version imprimable

Mots-clés : , ,


Membre du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, la médiathèque Françoise Sagan, a adapté le principe des pour concevoir la . Cette dernière propose de télécharger du contenu libre de droits et en lien avec l'histoire de la médiathèque, ancienne prison pour femmes. 

Lire cet article sur Actualitté.

Les trouvailles de Georgette : Trésors du domaine public et des licences libres proposés par la bibliothèque Georges Brassens à Paris. Version imprimable

Mots-clés : , , ,


Excellente initiative de la bibliothèque Georges Brassens du 14ème arrondissement de Paris, qui a ouvert un blog spécialement dédié à la mise en valeur des « trésors du et des ». On y suit les aventures de Georgette, le « double numérique de la bibliothèques Georges Brassens », exploratrice du web à la recherche de contenus libres qui partage avec nous ses découvertes.

Découvrir le blog "Les trouvailles de Georgette".

L’Open Data culturel est possible (et les bibliothèques le prouvent !) Version imprimable

Mots-clés : ,


La bibliothèque de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) a choisi de faire passer l’essentiel des contenus de sa bibliothèque numérique sous Licence Ouverte. Cela signifie que la réutilisation des images d’oeuvres numérisées appartenant au sera dorénavant libre, y compris pour un usage commercial, à la seule condition de citer la source du document.

C'est donc plus de 650 000 images numérisées que tous les amateurs d’art peuvent apprécier. C’est aussi à présent un réservoir dans lequel les créatifs – graphistes, designers, éditeurs, couturiers, artistes en tous genre ! – pourront aller puiser pour leurs propres réalisations. Pour les chercheurs, le passage à la Licence Ouverte constitue un vrai changement, car ils pourront à présent illustrer leurs articles avec des images issues de l’INHA, y compris dans des revues commerciales, sans avoir rien à négocier et à payer.

Lire cet article sur S.I.Lex.

14 propositions pour le développement des licences libres en France Version imprimable

Mots-clés :


Le collectif publie 14 propositions importantes pour le développement des en France dont notamment le développement d'un fonds de soutien des bibliothèques à la création sous licence libre et favoriser la visibilité et le signalement des oeuvres sous licence libre par une initiative publique.

Lire ces propositions sur




Être bibliothécaire, demain Version imprimable


L’agence de la région Centre-Val de Loire pour le livre, l’image et la culture numérique (CICLIC) vient de débuter la « publication en ligne d’un cycle thématique sur l’avenir des métiers du livre ». Intitulé « Être , demain », le premier volet de cette série d’articles est ainsi consacré au métier de .

Lire cet article

L'activité d'Eurêkoi a augmenté de 14% en 2016 Version imprimable

Mots-clés : ,


Une infographie qui propose le bilan 2016 de l'activité du Questions/Réponses Eurêkoi piloté par la BPI. Une progression de 16% des questions posées et un taux de satisfaction à 96%.

Lire cet article sur le BPI Pro.

Transformer les bibliothèques en « Maisons des Communs » sur les territoires Version imprimable

Mots-clés :


Retour d'une conférence donnée par Lionel Maurel et Lionel Dujol où ils traitaient de la question suivante : « La bibliothèque est-elle par nature un Commun ? ».

"Les bibliothèques ne sont pas en elles-mêmes des Communs de la connaissance, mais elles peuvent contribuer aux Communs et au-delà jouer un rôle de facilitatrices et même de garantie publique pour les Communs.  Les bibliothèques sont la maison des communs sur un territoire, et en tant que telles peuvent doivent être des contributrices à l’émergence et à la pérennisation des communs sur ce territoire."

Lire cet article sur S.I.Lex