BiblioRemix: quand les bibliothécaires et les lecteurs imaginent des services innovants Version imprimable


est un dispositif d’expérimentation et de création participatives, autour des services proposés dans les bibliothèques. Le concept est de réunir divers participants avec des attentes diverses (bibliothécaires, lecteurs, designers, architectes, usagers ou non des bibliothèques…), et de leur proposer d’imaginer leur vision de la bibliothèque idéale, à travers des projets à réaliser.
Lundi 29 mai, la Bnf posera à tous les participants la question suivante : « Comment transformer votre salle de en lieu d’échange autour des médias ? ».

Lire cet article sur Club innovation culture.

la médiathèque troisème lieu de Thionville. Version imprimable

Mots-clés : ,

Ce projet porte l’ambition de devenir un nouveau modèle de médiathèque. Le programme réinterroge ses fonctions pour lui donner le contenu d’un , un lieu où le public devient acteur de sa propre condition, un lieu où l’on conçoit autant que l’on reçoit. Associé au programme de base, le bâtiment accueille des espaces d’exposition, de création, des studios de , un café restaurant.


Documentary Film / 'PZZL' Cultural space [Third-Place] in Thionville, France


Source : Espace B.

Guide pour imaginer et créer un lab dans un lieu culturel : fablab, médialab, makerspace Version imprimable

Mots-clés :


Documenter la démarche et le processus d’implantation de , de médialab et de makerspace, dans les structures culturelles : tel est l’objet de ce document publié au Canada. Mais plus que cela, il s’agit d’un véritable guide pour imaginer et créer un lab culturel qui présente avec soin les items et points à prendre en compte pour la réussite d’un tel projet que ce soit un , un médialab ou un makerspace.

Lire cet article sur .

Quand la création d’un espace de co-working sert d’argument pour constuire une médiathèque Version imprimable


Lors de la création de la médiathèque d’Auterive (31) en 2015, une réflexion a été élaborée autour de  la création d’un de coworking accolé à la médiathèque. Cette opportunité s’est imposée pour trois raisons : 

- Il était urgent de prouver que la médiathèque n’est pas un simple lieu dédié au ludique ou au culturel, mais qu’elle avait également une vocation sociale, voire même économique.
- La recherche de transversalité à travers la mutualisation des ressources -documentaires, numériques, humaines permettant de générer des économies sur le fonctionnement du bâtiment.
- On parle souvent de la solitude des chefs d’entreprise, des freelance ou des télétravailleurs. En soi, le coworking n’était-il pas également un ?

Lire cet article sur Bibliobsession.

Offre et accès en bibliothèque : quels services à l’heure de la dématérialisation ? Version imprimable


En partie (mais pas uniquement) pour des raisons économiques, la question se pose pour la plupart des bibliothèques aujourd'hui : comment articuler la double problématique de l'accès et de l'offre ? Faut-il un lieu très ouvert mais éventuellement sans personnel (et même sans ) ? Ou faut-il privilégier la qualité du , quitte à ouvrir un très petit nombre d'heures ? Le tour d'horizon qui est proposé ici tend uniquement à présenter quelques exemples déjà mis en œuvre. On ne saurait en effet prétendre répondre à ces questions dans la mesure où la solution dépendra autant des moyens alloués que des besoins locaux.

Lire cet article sur EnnsibLab

Lille-I inaugure sa bibliothèque futuriste et augmentée : le Lilliad Learning Center Innovation Version imprimable

Mots-clés :


Le Lilliad Learning Center Innovation de Lille-I a ouvert ses portes à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord. Cette bibliothèque futuriste s'adresse aux entreprises, aux étudiants, mais aussi au grand public. Sur le modèle des learning centers qui commencent à se répandre en France, celui-ci est organisé autour de trois pôles : un événementiel dédié aux conférences, un baptisé Xperium, vitrine pour la science en train de se faire, et une "bibliothèque augmentée". Pour Jacques Sauteron, responsable du médiations, "le pôle bibliothèque s'inscrit dans une logique de bibliothèque augmentée offrant tout à la fois des collections, des espaces de travail et de convivialité, des espaces de détente, et un internet café".

Lire cet article sur Archimag

La bibliothèque : pourquoi un (troisième lieu ) à l'heure de la dématérialisation ? Version imprimable



Paradoxalement, alors qu'il devient si facile de tout faire à distance, nous ne nous sommes jamais autant déplacés que ce soit pour le travail ou les loisirs.
Autre paradoxe : les bibliothèques proposent désormais moult ressources et services en ligne, mais le modèle émergent en matière de bibliothèque publique est le qui, comme son nom l'indique, implique un « ancrage physique fort ».

Pourquoi donc continuons-nous à nous « rendre sur place » ? Est-ce parce que les services en ligne, bien que développés, sont encore insuffisants pour bien répondre aux attentes de leurs usagers ? Ou est-ce parce que le virtuel ne peut pas complètement remplacer la rencontre ?
Y a-t-il encore un intérêt pour les bibliothèques à offrir des services physiques dans un lieu défini ? Et si oui, selon quelles modalités ? En quoi le concept de la bibliothèque éclaire-t-il ce débat ? 

Lire cet article d'Amandine Jacquet sut l'.

Echanges de savoirs entre adhérents avec Steeple à la Médiathèque de Languidic Version imprimable

Mots-clés : ,


Le réseau d’échange des savoirs entre habitants est devenu en quelques années un grand classiques des Biblioremix, mais encore très peu de professionnels en ont fait un vrai projet. C’est le cas à la médiathèque de Languidicqui  en s’associant avec Steeple à la volonté d’utiliser la bibliothèque un comme de connections des savoirs-faire disponibles sur le territoire (et non plus seulement de collections). 

Lire cet article sur Bibliobsession.