Google Books et le filtrage géopgraphique du domaine public numérisé. Version imprimable


a mis en en place un filtrage géographique du qui varie en fonction du pays où se trouve l’internaute consultant le site Books.  problématique car le français numérisé n'est pas accessible via la plateforme de sur le territoire français. Les collections de la Bibliothèque municipale de Lyon numérisées par en sont les premières victimes.

Lire cet article sur L'image de Lyon.

Innovation & patrimoine: quelques tendances Version imprimable

Mots-clés : , ,


L'innovation continue de se diffuser dans les lieux de culture artistique, historique et scientifique. Voici un panorama -non exhaustif- de ces démarches innovantes et notamment cette forte tendance d’ouverture des collections numérisées et des données sous des de diffusion.  

Lire cet article sur Club Innovation Culture.

Exposer le domaine public à emporter, une idée à copier ! Version imprimable


Le réseau des médiathèques de l’agglomération Hérault-méditerranée propose une exposition de reproduction des œuvres du DP mises à disposition par The Metropolitan Museum of Art de New York. Son directeur nous explique ici la démarche d’accès aux savoirs sans enclosures adoptée pour ce projet.

Lire cet article sur bibliobsession.

La Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis offre plus de 25 millions de documents téléchargeables gratuitement Version imprimable


La Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis a annoncé, le 16 mai 2017, la mise en ligne gratuite de plus de 25 millions de documents : livres, périodiques, lettres, estampes, morceaux de sont disponibles en téléchargement sur le site de la Bibliothèque, notamment les documents de Georges Washington. C' est un grand pas en avant dans la diffusion du savoir et des connaissances pour la Bibliothèque du Congrès.

Lire cet article sur Club innovation Culture.

Quel modèle économique pour une numérisation patrimoniale respectueuse du domaine public ? Version imprimable


Lionel Maurel traite la question (épineuse) de la du en bibliothèque, et plus précisément des modèles économiques qui peuvent sous-tendre ce type d’activités. Il examine quatre types de modèles (la à la demande, le financement participatif, les partenariats public-privé de et le Freemium) en essayant de voir lesquels sont les mieux à même de garantir la soutenabilité de la patrimoniale, sans générer de nouvelles enclosures sur la diffusion de la Connaissance.

Lire cet articloe sur S.I.Lex

Ouverture de la Bibliothèque du Réseau Francophone Numérique Version imprimable



Lancement de la bibliothèque du Réseau Francophone Numérique. Le Réseau Francophone Numérique (RFN) est un consortium des 26 plus grandes institutions documentaires de la Francophonie réparties dans 19 pays. Déjà engagées dans des programmes de patrimoniale ou soucieuses de développer des projets dans ce domaine, elles fédèrent leurs efforts au du rayonnement des cultures francophones et de la langue française. Ce nouveau portail est décliné en marque blanche de Gallica.

Source : Aldus

Les trouvailles de Georgette : Trésors du domaine public et des licences libres proposés par la bibliothèque Georges Brassens à Paris. Version imprimable

Mots-clés : , , ,


Excellente initiative de la bibliothèque Georges Brassens du 14ème arrondissement de Paris, qui a ouvert un blog spécialement dédié à la mise en valeur des « trésors du et des ». On y suit les aventures de Georgette, le « double numérique de la bibliothèques Georges Brassens », exploratrice du web à la recherche de contenus libres qui partage avec nous ses découvertes.

Découvrir le blog "Les trouvailles de Georgette".

L’Open Data culturel est possible (et les bibliothèques le prouvent !) Version imprimable

Mots-clés : ,


La bibliothèque de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) a choisi de faire passer l’essentiel des contenus de sa bibliothèque numérique sous Licence Ouverte. Cela signifie que la réutilisation des images d’oeuvres numérisées appartenant au sera dorénavant libre, y compris pour un usage commercial, à la seule condition de citer la source du document.

C'est donc plus de 650 000 images numérisées que tous les amateurs d’art peuvent apprécier. C’est aussi à présent un réservoir dans lequel les créatifs – graphistes, designers, éditeurs, couturiers, artistes en tous genre ! – pourront aller puiser pour leurs propres réalisations. Pour les chercheurs, le passage à la Licence Ouverte constitue un vrai changement, car ils pourront à présent illustrer leurs articles avec des images issues de l’INHA, y compris dans des revues commerciales, sans avoir rien à négocier et à payer.

Lire cet article sur S.I.Lex.