Gallicabra, le Gallica des enfants Version imprimable


La Bibliothèque nationale de France lance sa première application de sur à destination des enfants. Objectif: faire découvrir la richesse de ses collections aux enfants en leur proposant un outil et un terminal qui leur est familier, une application téléchargeable gratuitement et utilisable facilement sur une .
L’application gratuite propose une sélection d’ouvrages, qui pour la plupart ne sont plus édités, choisis pour leur importance au sein du littéraire pour la et la qualité de leurs illustrations.

Lire cet article sur Club innovation & Culture France.

Le choix du Metropolitan Museum et les pathologies du domaine public Version imprimable

Mots-clés : ,


Le Metropolitan Museum of Art de New York a annoncé la mise en place d’une nouvelle politique de réutilisation des images numérisées figurant sur son site Internet. Dorénavant, le téléchargement de plus de 375 000 reproductions en haute définition sera possible sans autorisation préalable pour n’importe quel type d’usage, y compris commercial.
Il s'agit de la plus grande contribution aux Communs de la connaissance effectuée par un musée. Parmi les oeuvres concernées figurent beaucoup de chefs-d’oeuvre réalisés par des artistes français, comme Ingres, Monet, Cézanne, Renoir, Manet, et tant d’autres encore. Sur son site La Tribune de l’Art, Didier Rykner n’a d’ailleurs pas manqué d’épingler les pratiques des institutions culturelles françaises, qui contrairement à la politique d’ouverture mise en oeuvre par le MET, appliquent dans leur très large majorité des restrictions à la réutilisation du numérisé

Lire cet article sur S.I.Lex

500 000 archives sonores disponibles sur Europeana Sounds Version imprimable


Lancée il y a deux ans, Europeana Sounds, la bibliothèque sonore européenne, 
Propose « une incomparable collection » de 500 000 d’enregistrements sonores mis à disposition des internautes. Les enregistrements sont de tous types : musiques, chansons, discours politiques, lectures de poèmes, sons de la nature, émissions de radios, enregistrements historiques etc. D’ici janvier 2017, la bibliothèque sonore s’est donnée pour objectif de rassembler un million d’archives. 

Découvrir Europeana Sounds.

La BNF lance une application d’exploration de sa collection et deux nouveaux sites internet de ressources Version imprimable

Mots-clés : , , ,


La BNF vient d’annoncer le lancement d’une application d’exploration de sa collection iconographique sur Ipad et Iphone, qui permettra de parcourir plus de 2 500 illustrations en haute qualité. Depuis janvier 2016, la Bibliothèque a aussi mis en ligne deux sites internet de ressources virtuelles, l’un pour explorer les titres de presse locale archivés à la BNF ou dans d’autres bibliothèques en France et le second, pour découvrir des fiches de culture générale autour des métiers, des réalisations et des savoir-faire de la construction en France et dans le monde.

Lire cet article sur Club innovation & culture France.

La New York Public Library propose 180 000 images à utiliser librement Version imprimable

Mots-clés : ,


La New York Public Library (NYPL) propose désormais aux internautes d'accéder et d'utiliser gratuitement ces images du : "chacun a la liberté de réutiliser cette documentation de façon presque illimitée. La bibliothèque autorise le téléchargement dans la plus haute résolution. Sans aucune autorisation. Sans restriction sur l'utilisation".

Mieux, le laboratoire de la NYPL a créé des interfaces de consultation particulièrement réussies. 

Lire cet article sur Archimag

Résoudre le casse-tête du financement de la numérisation patrimoniale ? Version imprimable

Mots-clés : ,



Les Archives Départementales des Hautes-Alpes (AD05) met en oeuvre un nouveau modèle économique pour financer la patrimoniale :

Les crédits publics vont en priorité à la des documents les plus consultés.
Ceux dont l’usage est plus confidentiel, et donc « moins rentable » en termes d’utilité sociale, l'accent est mis sur la à la demande. Avec deux leviers forts :  un abaissement des tarifs et les documents numérisés peuvent être librement réutilisés sans avoir à verser de redevances, y compris à des fins commerciales, à condition de mentionner leur source (condition posée par la licence Etalab).

Lire cet article sur S.I.Lex.

La correction participative de l'OCR : Le crowdsourcing au profit des bibliothèques numériques Version imprimable

Mots-clés : , ,


Les documents numérisés par les bibliothèques font très souvent l’objet d’une océrisation, c’est à dire d’un traitement informatique de reconnaissance optique de caractères (OCR) qui va chercher à identifier à quel caractère correspond la photographie de tel caractère. Malheureusement, ce type de traitement génère de nombreuses erreurs.

Les bibliothèques externalisent aujourd’hui ce travail de correction manuelle de l’OCR auprès de prestataires qui font appel à de la main d’œuvre à bas coût, à Madagascar, en Inde ou encore au Viêt Nam. Une alternative à ces coûteuses et parfois critiquables prestations est de faire appel au crowdsourcing, c’est à dire d’externaliser ces opérations auprès de la foule des internautes en les engageant à corriger les textes numérisés volontairement (crowdsourcing explicite), contre rémunération, sous la forme de jeux (gamification) ou encore sans qu’ils en aient conscience (crowdsourcing implicite)

Lire cet article sur le BBF

OldNYC.org ou comment valoriser un fonds de photos patrimoniales de bibliothèque Version imprimable

Mots-clés : , ,


Le principe de OldNYC.org est très simple. A partir d’un fond de carte Map (oui c’est mal, le développeur aurait pu choisir Open Street Map), on peut visiter les rues de New York et découvrir à quoi ressemblait la « grosse pomme » il y a plusieurs dizaines d’années.

"Ce projet n’est pas une création 100% NYPL Lab. Elle a été développé par un amateur qui s’est appuyé sur l’API de Map. De son côté, la NYPL a apporté la matière première mais sans participer directement à l’élaboration du projet. mis en place une politique volontariste de réutilisation des documents qu’elles conservent. Il ne s’agit donc pas d’un projet de la NYPL mais bien d’une conséquence du choix de mettre en ligne ses documents patrimoniaux et d’inciter à leur réutilisation. Cela prouve par ailleurs qu’un projet de ne doit pas reposer sur des objectifs à court terme. Des projets peuvent émerger plusieurs années après leur mise en ligne. Moralité : libérons nos documents patrimoniaux ! "

Lire cet article sur biblionumericus.